Comment devenir micro-entrepreneur ? Les 7 démarches à suivre

Envie de tenter une nouvelle aventure professionnelle ? Vous souhaitez devenir autoentrepreneur ou micro-entrepreneur comme des millions de personnes en France ?

Il existe mille et une raisons de devenir prestaire de services indépendants ! La micro-entreprise a le vent en poupe. Le régime du micro-entrepreneur permet d’exercer une activité principale ou complémentaire, de profiter de plus de liberté et d’être son propre patron.

Parmi les questions que de nombreuses personnes se posent : « Comment devenir micro-entrepreneur ? », « Quelles sont les démarches à suivre pour lancer une micro-entreprise ? » « Comment démarrer une activité en tant que micro-entrepreneur ? ». Si vous êtes là c’est que vous cherchez également des réponses précises à ces questions !

Qu’est-ce qu’un micro-entrepreneur ?

Le micro-entrepreneur est un auto-entrepreneur. Ce régime, issue de la loi du 1er août 2003, permet à tout le monde de travailler de manière indépendante et de lancer une entreprise.

On estime que plus de 2 millions de français travaillent en tant que micro-entrepreneurs. Ce régime vient remplacer le régime auto-entrepreneur en offrant aux indépendants plus de simplifications et plus d’avantages.

Comment lancer son activité en tant que micro-entrepreneur ?

Les micro-entrepreneurs ont le droit d’exercer une activité indépendante principale ou complémentaire, artisanale ou commerciale.

Que vous soyez salarié, sans emploi, étudiant ou même retraité, vous pouvez vous mettre à votre compte et devenir micro-entrepreneur. Devenir auto-entrepreneur est ouvert à tous !

  • Devenir micro-entrepreneur : les démarches à suivre
  • Réaliser la déclaration d’auto-entrepreneur

Le statut du micro-entrepreneur est l’un des statuts les plus faciles d’accès. Les déclarations sont simples. Bien que certaines activités règlementées nécessitent une qualification (électricien par exemple), les autres sont ouvertes à tout le monde. La déclaration d’auto-entrepreneur peut être réalisée en ligne. Vous devez la transmettre au CFE (Centre des Formalité des Entreprises).

Si vous souhaitez exercer une activité libérale, vous devez transmettre votre déclaration à l’URSSAF. Si vous envisagez de vous lancer en une activité commerciale ou artisanale, la déclaration doit être transmise à la chambre des métiers et de l’artisanat. Vous devez faire parvenir au CFE compétents 2 documents signés et datés : la déclaration et une copie de votre pièce d’identité.

En réponse à votre demande, vous recevrez un numéro Siret auto-entrepreneur, le régime d’imposition auquel sera soumise votre micro-entreprise, et un code APE auto-entrepreneur.

Si vous souhaitez exercer une activité artisanale, industrielle ou commerciale en tant que micro-entrepreneur, vous devez également réaliser l’immatriculation au RCS (Registre du Commerce et des Sociétés) afin d’obtenir un KBIS auto-entrepreneur.

Le régime fiscal en micro-entreprenariat

Les micro-entrepreneurs sont soumis au régime micro-social. Comme pour les salariés, il est possible d’opter pour prélèvement de l’impôt sur le revenu. Choisir le micro-entreprenariat c’est bénéficier de faibles obligations fiscales.

Le régime social en micro-entreprenariat

En tant que micro-entrepreneur, vous serez affilié au régime social des indépendants. Vous êtes travailleur non salarié, donc affilié à la sécurité sociale des indépendants.

Avec la loi du 1 er janvier 2018, les micro-entrepreneurs bénéficient d’une meilleure protection (changement du RSI en SSI).

En ce qui concerne la domiciliation de l’activité

Vous pouvez choisir entre :

  • Exercer votre activité à domicile : Dans ce cas, il est nécessaire de respecter certaines règles. Les micro-entrepreneurs qui résident dans des villes de moins de 200 000 habitants et qui disposent d’un bail autorisant l’exercice d’une activité professionnelle, peuvent travailler à domicile. Si vous habitez dans une ville de plus de 200 000 habitants, en Seine-Saint-Denis, en Val-de-Marne ou en Hauts-de-Seine, Vous pouvez travailler à domicile (résidence principale) sans aucune restriction
  • Exercer votre activité dans un local professionnel : Si vous souhaitez exercer une activité commerciale ou artisanale et que vous êtes immatriculé au RM (Répertoire des métiers) ou au RCS (Registre du Commerce et des Sociétés) vous pouvez travailler dans un local professionnel. De plus, vous bénéficierez de nombreux avantages comme le plafonnement du loyer
  • Exercer votre activité dans une société de domiciliation : Il est également possible d’enregistrer son entreprise à une adresse occupée par une autre entreprise. Dans ce cas, un contrat doit être conclu avec la société de domiciliation.

 

La souscription d’un contrat d’assurance

Tous les auto-entrepreneurs doivent souscrire une assurance. L’assurance offre une protection, non seulement aux autoentrepreneurs, mais aussi aux clients. Plusieurs assureurs proposent aujourd’hui différentes formules et garanties. Le choix est une démarche personnelle. Vous pouvez souscrire une assurance multirisque professionnelle, aussi une protection juridique et une responsabilité civile entreprise.

Pour trouver la meilleure offre, nous vous conseillons d’utiliser les comparateurs d’assurance, disponibles en ligne.

En ce qui concerne les obligations comptables des micro-entrepreneurs.

Les micro-entrepreneurs doivent avoir un livre de recette encaissées, remettre à leurs clients des factures et posséder un compte bancaire liée à leurs activités professionnelles.

A noter que chiffre d’affaires maximums que vous pouvez réaliser en une année est fixé à 70 000 euros pour les prestations de services et à 170 000 euros pour les activités de vente et d’achat (activité commerciale ou artisanale).

Les aides financières à la création d’une micro-entreprise

Il existe plusieurs aides proposées par Pole Emploi, par L’Etat ou par d’autre organismes comme l’ACCRE (Aide aux chômeurs créateurs ou repreneurs d’entreprise) et le Nacre (Nouvel accompagnement pour la création ou la reprise d’entreprise).

Vous pouvez également bénéficier d’une exonération des charges sociales pendant les deux premières années (24 mois) si vous exercez une activité commerciale ou une activité artisanale.

N’hésitez donc pas à vous renseigner pour avoir plus d’informations sur les modalités d’attribution de ces aides.

Pour conclure

La création d’une micro-entreprise est une aventure passionnante et pleine de défis. De nombreux micro-entrepreneurs ont réussi à assurer leurs libertés financières et à vivre de leurs passions. Qu’attendez vous pour faire le bon choix !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *